Catastrophe du Boivre

70ème. anniversaire de la catastrophe du Boivre

Cette année, nous commémorerons le 70ème anniversaire de la catastrophe du Boivre.

L’Association Souvenir Boivre Lancaster organise donc une cérémonie du souvenir comme à l’accoutumée en présence des familles et des amis des victimes, des associations patriotiques et du souvenir, des enfants des écoles, et bien sûr des élus.

Pour marquer cet anniversaire, nous inaugurerons aussi un nouveau panneau historique (panneau en pierre de lave émaillé qui viendra en remplacement du petit panneau du mémorial inauguré en 2006 qui est détérioré). Il permettra aussi d’inscrire ce mémorial dans le Chemin de la mémoire 39-45 en Pays de Retz.

Tous les destinataires de ce message sont cordialement invités à participer à cette cérémonie et à cette inauguration le samedi 21 mars à partir de 10 h 30.  Rendez-vous devant la stèle, Allée du 17 mars 1945 (près allée Yvonne) à L’Ermitage (Saint-Brevin-les-Pins).

Nous partagerons ensuite le verre de l’amitié à la salle de la Pierre Attelée.

Merci de votre présence et de relayer ce message autour de vous.

Cordialement à tous

Michel Gautier, président ASBL (06 81 94 27 66)

***********************************

Rappel des faits

… On est au troisième jour d’un chantier de dérivation des eaux du marais du Boivre. Depuis trois ans, Rommel l’a transformé en lac pour protéger le flanc sud de Saint-Nazaire d’un débarquement aéroporté. Les routes sont inondées ; des fermes et des cultures sont les pieds dans l’eau. Les Allemands convaincus de leur prochaine défaite et gênés dans leurs propres déplacements ont convenu avec les autorités civiles et agricoles d’un chantier d’évacuation partielle des eaux. On a donc relevé les mines anti-chars truffant les dunes de l’Ermitage ; les artificiers allemands les ont désamorcées, et les paysans du marais ont commencé le creusement d’une tranchée qui permettra d’évacuer le trop-plein à la mer.

… Mais en ce matin du 17 mars 1945, les travailleurs de la première heure découvrent une mine oubliée au bord de la tranchée, une « drôle de mine » jetée imprudemment sur le tas, et entraînant l’explosion en chaîne de plus de 200 mines anti-chars. Une vingtaine de volontaires déjà à pied d’œuvre sont fauchés. On relève quinze morts et cinq blessés. La plupart sont âgés de moins de trente ans ; cinq pères de famille, un enfant de 13 ans.

***********************************

 

Stèle de l'Ermitage Saint Brévin l'Océan