Historique

Premières initiatives : 2006 – 2010.
Nous avons commencé notre activité en 2006 en créant un Comité pour la mémoire de la catastrophe du Boivre où 15 paysans avaient été tués par des mines allemandes le 17 mars 1945. Notre première initiative fut l’installation de deux premiers panneaux historiques consacrés à ce drame de guerre survenu à quelques semaines de la libération de la poche de Saint-Nazaire. Ce mémorial fut inauguré auprès de la stèle de l’Ermitage (Saint-Brévin-les-Pins) le 18 mars 2006 devant environ 400 personnes. Et depuis, chaque année, nous organisons une commémoration aux alentours du 17 mars.

Le 31 octobre 2008, nous nous sommes constitués en association et avons pris d’autres initiatives comme la pose d’une plaque en l’honneur de ces 15 paysans, victimes civiles de la catastrophe du Boivre, sur le monument de la poche sud à La Sicaudais, puis le 14 mars 2009, l’inauguration d’une plaque « Allée du 17 mars 1945 – Catastrophe du Boivre » à l’Ermitage.

Nous avons formulé une demande identique auprès de la mairie de Saint-Père-en-Retz qui a prévu de baptiser 3 rues de la ZAC situées en face de la maison de retraite : Rue du Boivre, Rue du 17 Mars 1945 et Impasse des 15 paysans. Autant d’initiatives qui ont permis d’inscrire l’histoire de cet événement dans le territoire, donc dans la mémoire des habitants. 

Notre association a alors pris des initiatives mémorielles autour d’autres faits de guerre ayant marqué le pays de Retz. C’est ainsi que le 5 avril 2009 nous avons organisé avec la mairie de Saint-Père-en-Retz, l’inauguration d’une stèle en hommage aux aviateurs alliés d’un Lancaster abattu en 1943 à la Pichonnais – Lande Popine, avant d’être associés avec la mairie de Saint-Viaud à l’inauguration d’une autre stèle sur le site d’un autre crash d’avion aux Bretèches, le 11 septembre 2010.

Lancement du Chemin de la mémoire : 11 septembre 2010
C’est lors de l’inauguration de la stèle des Bretesches que Michel Gautier, président de l’ASBL, a lancé un appel pour développer un circuit de tourisme mémoriel autour d’autres faits ayant marqué le Pays de Retz au cours de la dernière guerre. C’est l’acte fondateur du Chemin de la mémoire 39-45 en Pays de Retz

« Après le temps des combats vient celui des historiens. Ils se penchent sur les archives, recueillent la parole des témoins, fouillent les tumulus ou les tranchées. Vient aussi l’heure des monuments, des stèles et des commémorations. La célébration des grands évènements s’inscrit alors dans le calendrier mémoriel régional ou national.

Mais de quoi est faite la grande Histoire ? De l’addition de milliers de petits évènements : petites victoires ou petites défaites, drames ou catastrophes, actes de bravoure ou missions secrètes, explosions de mines, crash d’avions… Chaque région de France est ainsi balafrée de cicatrices devenant vite illisibles dès que les derniers témoins ont disparu.

Je me réjouis comme vous tous de voir aujourd’hui reconnu le sacrifice de ces quatre jeunes aviateurs alliés aux heures les plus sombres de la guerre, à l’hiver 1941. René Brideau nous a conté par le menu leur destin tragique et nous allons garder ce récit dans nos mémoires pendant quelques jours, quelques semaines, quelques mois… Puis les détails s’effaceront, les témoins disparaîtront et ne restera plus que cette stèle. Dans une génération, qui pourra encore en déchiffrer le sens ?

Le Pays de Retz, et en particulier ses onze communes empochées des 9 derniers mois de la guerre 39-45, ne pourrait-il réfléchir en s’appuyant sur ses derniers témoins, sur ses historiens, ses communautés de communes et toutes ses bonnes volontés citoyennes, réfléchir à la mise en place d’un Chemin de la Mémoire des années 39-45 ? 

Un itinéraire de « tourisme de guerre » pourrait proposer la visite de sites animés de panneaux rappelant le cadre historique et les circonstances précises où se sont déroulés un certain nombre d’événement marquants du dernier conflit, comme le naufrage du Lancastria, les crashes d’avions alliés en mission de bombardement sur Saint-Nazaire, la prise d’otages de Pornic du 26 août 1944, les résistants et déportés du Pays de Retz, les combats et la reddition de la Poche sud…

En souvenir de chacun de ces faits marquants dont la liste n’est pas exhaustive et mérite d’être complétée, pourraient être installés un ou plusieurs panneaux dans un matériau noble et de grande durabilité, comme ceux installés près de la stèle en hommage aux victimes de la catastrophe du Boivre à Saint-Brévin-les-Pins en mars 2006. Il s’agit d’inscrire l’histoire dans le territoire et dans le paysage, la partager avec les habitants et la révéler aux visiteurs de notre région.

L’association d’histoire et du souvenir que je préside prendra prochainement des initiatives pour faire avancer cette idée et la transformer en réalisations concrètes avec l’aide de tous. »

Le chemin de la mémoire se développe : 2010 – 2016
Après les panneaux faisant le récit de la catastrophe du Boivre installés en 2006 (dont l’un a été remplacé le 21 mars 2015), d’autres panneaux historiques ont donc pris place dans le paysage du Pays de Retz, sur les lieux mêmes où se sont déroulés les faits de guerre. 

Un panneau consacré au crash du Lancaster de la Pichonnais – Lande Popine à Saint-Père-en-Retz, inauguré le 6 avril 2013. Il fait le récit de la mission de sept aviateurs alliés, tous tués lors du crash de leur avion le 2 avril 1943. Il a été inauguré devant des représentants de leurs familles, dont la sœur du pilote.

Un panneau consacré au crash du Hudson des Bretèches à Saint-Viaud inauguré le 12 octobre 2013 en présence des familles des aviateurs. Ce crash survenu le 21 décembre 1941 avait entraîné la mort des 4 membres de l’équipage.

Un panneau consacré à l’échange de prisonniers de la Rogère installé à La Bernerie-en-Retz le 29 novembre 2014. L’inauguration s’est déroulée en présence du fils et des petites filles du capitaine Andrew Hodges qui fut l’artisan le 29 novembre 1944 de l’échange de 54 prisonniers allemands contre 54 prisonniers alliés (32 Américains, 19 Français et 3 Britanniques).

Un panneau consacré au crash d’un B17 américain abattu au village des Morandières à Saint-Père-en-Retz. Ce crash survenu le 1er mai 1943 avait entraîné la mort de 6 aviateurs parmi les 10 membres d’équipage. L’inauguration  s’est déroulée le 2 mai 2015 en présence de nombreux membres des familles des aviateurs.

Inaugurations programmées en 2016.
Un panneau consacré aux crashes de deux avions alliés à Pont-Saint-Martin sera inauguré le 21 mai 2016. Les 4 membres de l’équipage du Hampden abattu le 4 février 1941 avaient été tués, de même que les 6 membres de l’équipage du Wellington abattu le 8 mai 1941.

Un panneau consacré au naufrage du Lancastria sera inauguré le 18 juin 2016 à la Pointe Saint-Gildas (Préfailles). Ce naufrage survenu le 17 juin 1940 dans la baie de Saint-Nazaire avait entraîné la mort de plusieurs milliers de passagers militaires et civils rembarquant pour l’Angleterre.

Un panneau consacré à l’explosion de la Brosse sera inauguré à Saint-Viaud le 1er octobre 2016. Il fait le récit d’un drame de guerre survenu dans un dépôt de munitions allemands le 13 mai 1945, entraînant la mort de 5 FFI de bataillons de la Vienne et de deux civils.

Après 2016
L’ASBL a commencé de travailler sur trois autres projets de panneaux qui pourraient être inaugurés en 2017 :

Un panneau consacré au crash du B24 Liberator « The Oklahoman » abattu par la FLAK allemande à Saint-Brevin-les-Pins le 5 décembre 1943 avec ses 10 membres d’équipage dont un seul a survécu.

Un panneau consacré à la prise d’otages du 26 août 1944 sur la place du Môle à Pornic.

Un panneau consacré aux résistants déportés de Saint-Père-en-Retz de l’automne 1943 morts en déportation.   

À la fin de l’année 2017, 12 panneaux du Chemin de la mémoire auront été installés.